Le Sydney de Sublimette

Comme toute baroudeuse en escarpins qui se respecte, après 6 mois passés à Nouméa, vous n’en pouvez plus du soleil, du lagon, des cocotiers, des ilots déserts et des tricots rayés.
Vous avez besoin de pollution.
Rapidement.

Un working-holiday visa (140 €), une école d’anglais réservée ($ 1 000)  et un billet d’avion (50 000 XPF) plus tard vous voilà dans le Nouméa/Sydney.
Parce que, soyons honnêtes, vous parlez anglais aussi bien que votre grand-mère le japonais, et ça, ça n’est pas Baroudeuse Attitude.

sublimetteaustralie.png

2 petites heures de vol ;
Juste une formalité pour vous avec tous les milles cumulés depuis septembre …

Vous atterrissez à Sydney, vous passez la douane en évitant la fouille anale, chopez un taxi, allez déposer vos bagages et montez dans le premier bus venu.

Vous voilà à Central Station,
Vous descendez Pitt street jusqu’à Chinatown,
Remontez Georges street,
Vous vous enfoncez dans la ville, frôlant les immenses buildings brillants sous le soleil.
Vous bifurquez sur Elisabeth Street, vos claquettes claquants le bitume ;
Vous vous engouffrez dans Hyde Park puis vous reprenez Macquarie street jusqu’à Circular Quay.
Voilà vous y êtes.

Vous vous êtes assise dans un bar face à Harbour Bridge, et commandé un diet coke.sublimissimeopera.jpg
Vous avez tourné votre chaise pour pouvoir contempler l’Opéra.
Il y avait tellement longtemps que vous vouliez le voir.
Vous avez était un peu déçue,
Vous l’avez trouvé plus petit que vous ne l’imaginiez.
Vos avez enfilé vos Ray-Ban,
Vous avez sorti une cigarette.
Une grosse australienne (pléonasme) a tout de même osé un toussotement exagéré afin de bien vous faire comprendre que vous étiez une sale touriste fumeuse qui allait pollué sont atmosphère.
Vous vous êtes retournée et lui avez lancé votre plus noir regard.
Pas question qu’une conasse obèse aux poumons propres vienne gâcher ce délicieux moment.
Elle se calma illico.
Vous avez fermé les yeux, le soleil vous brulait le visage.
Vous vous êtes concentrée sur le bruit.
Au loin une sirène d’ambulance.
Le moteur d’un ferry qui passe, des klaxons de voitures, des gens qui parlent en anglais en chinois, en espagnol, vous ne comprenez rien, tous se mélange.
Vous êtes bien.
Vous respirez profondément cet air pollué et lourd.
Vous souriez.
Vous êtes vraiment bien.
Tout ça vous avez tellement manqué.

Putain, vous êtes vraiment une citadine …

2 commentaires à “Le Sydney de Sublimette”


  1. 0 Mauri 3 avr 2010 à 16:44

    Et Paris te manque toujours pas?

  2. 1 Alexandra 5 avr 2010 à 15:09

    Toujours autant de joie à te lire !

Laisser un commentaire


sublimssime@yahoo.fr

sublimssime@yahoo.fr

Sublimette célibataire

Sublimette célibataire

Sublilette maman

Sublilette maman

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Image: Anne Bezborodko anne.bezbo@gmail.com

d’où vous lisent vos LecteurSublimants

//www.ipligence.com

LES Z'INSOLITES !!! |
lefandurire |
clairejaimeleschien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Orpheana
| fansdelol
| chouppette